Vivre la fraternité?

Pas seulement celle du fronton de nos mairies, mais celle qui nous vient de notre baptême dans la mort et la résurrection du Christ.

Ce n’est pas une idée neuve mais une réalité à faire vivre pour que notre vie chrétienne s’accomplisse.

Certainement, le soin que nous prenons au quotidien pour veiller avec bienveillance les uns sur les autres est une attention tout à fait bonne et nécessaire. Toutefois, nous croyons que nous avons besoin de manifester plus franchement notre fraternité pour qu’elle ne se résume pas à la poignée de main du geste de paix lors de la messe.

Nous l’expérimentons au quotidien, nous avons besoin de lieu où nous retrouver, où sortir du rythme effréné, où confier nos peines et nous reposer ou au contraire témoigner des joies reçues. Ces relations nous aideront à frayer un chemin au milieu de la cadence d’un monde dont nous percevons chaque jour que, tout en nous séduisant par les facilités qu’il propose, peut aussi nous faire perdre notre humanité et notre âme, celle de nos enfants.

En prenant le temps de former des fraternités, composées de 5-6 personnes (au sein d’un service paroissial comme avec les chrétiens de notre voisinage) au moins, se réunissant au moins une fois par mois pour parler de la vie quotidienne et confier vies et intentions dans la prière, selon un mode choisi (chapelet, méditation de la Parole de Dieu, prière silencieuse) pour vivifier nos relations, relire l’oeuvre du Seigneur dans nos vies et disposer nos coeurs à l’annonce de l’Evangile auprès de ceux qui ne Le connaissent pas ou peu.

 

Une bénédiction des premières fraternités aura lieu à la messe le 9 décembre prochain

 

Sous la garde de Marie, mère de l’Eglise