Pause méditation du dimanche 10 septembre


  • Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (Rm 13, 8-10)

Frères,
n’ayez de dette envers personne,
sauf celle de l’amour mutuel,
car celui qui aime les autres
a pleinement accompli la Loi.

La Loi dit :
Tu ne commettras pas d’adultère,
tu ne commettras pas de meurtre,
tu ne commettras pas de vol,
tu ne convoiteras pas.

Ces commandements et tous les autres
se résument dans cette parole :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
L’amour ne fait rien de mal au prochain.

Donc, le plein accomplissement de la Loi,
c’est l’amour.

 

  • Méditation

Ici, saint Paul invite vivement les Romains à accomplir la plus belle chose qui soit : aimer autrui comme soi-même. Bien entendu, ce message est encore d’actualité. Chacun peut y trouver matière à rélexion. Chacun peut méditer ces paroles dans son cœur, prier et laisser l’Esprit Saint œuvrer.

Que faut-il pour aimer ? Saint Paul donne quelques pistes : il ne faut pas commettre d’adultère, il ne faut pas tuer, ni voler ; il ne faut rien convoiter également. Mais à ces « aspects pratiques » s’ajoute une chose indispensable au « plein accomplissement de la Loi » : nous devons aimer nos frères et sœurs comme nous-mêmes. Cela passe nécessairement par l’acquisition d’une paix avec soi-même d’abord et avec autrui ensuite. Pour ce faire, nous devons nous laisser aimer par le Seigneur. Nous devons le laisser nous envelopper de son doux Amour miséricordieux. Alors revêtus de cette grâce, emplis de bienveillance, d’altruisme et de compassion, nous serons plus attentifs à celles et ceux qui nous entourent. En effet, l’Amour est donné plus facilement pour peu qu’on lui laisse toute la place qui lui revient dans notre cœur et dans notre âme. Et il y a urgence ! Urgence de nous dépouiller des « oeuvres des ténèbres » pour revêtir « les armes de la lumière » (Romains 13, 13) du Christ. Urgence de tenter d’aimer en vérité comme Jésus nous l’a enseigné !

Maintenant, nous pouvons faire silence et méditer quelques instants ce qui a été lu et les questions qui suivent :

  • Quel est ma conception de la charité ?

  • Qu’évoque pour moi cette phrase : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » ?

  • Rencontres-je des difficultés à aimer pleinement mon prochain ? Si oui, quels sont les obstacles qui m’empêchent d’avancer ? N’existe-t-il pas un moyen de faire tomber cette/ou ces barrière(s) ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *