Pause méditation du dimanche des Rameaux


Jésus dérangeait. Certains ne le comprenaient pas, d’autres le jalousaient. Il a été victime des péchés de l’Homme. Mais sa mort n’a pas été vaine. Loin de là ! Le Christ en avait parfaitement conscience : il devait tomber à terre et mourir – tel le grain de blé – pour renaître et offrir au monde une multitude de semences d’Amour. L’humanité méritait-elle un tel sacrifice ? Mais son Amour pour nous était si intense qu’il donna sa vie pour nous sauver. Par là même, il a fait preuve d’une indéfinissable bonté. A nous à présent de nous en rendre dignes. Comment ? Tout d’abord en rendant grâce au Seigneur puis en endurant les difficultés de la vie avec courage comme le Christ a vécu les dernières heures de son existence. Sa Passion doit nous servir d’exemple et nous encourager à combattre le Mal vaillamment et la tête haute. Sa Passion doit également nous disposer à offrir pleinement notre amour, un amour humble, honnête et patient qui ne jalouse pas. Un amour qui supporte tout. Un amour qui n’entretient pas de rancune et qui pardonne ! La croix que nous portons autour du cou doit nous le rappeler.

Ainsi, quelques jours avant Pâques, nous sommes invités à déposer humblement au pied du Christ nos petites et grandes difficultés et à nous laisser enlacer de ses bras grands ouverts. Aussi, portés par son Amour infini, laissons-nous mourir pour donner nous aussi notre vie…aux autres. Soyons-en assurés, la tendresse du Père et du Fils nous aidera à transformer cette petite mort en une vraie vie.

A présent, retirons nous quelques instants du monde et méditons :

– Quel sens est-ce que je donne à la Passion du Christ ? Quels sentiments fait-elle naître en moi ? Engendre-t-elle de la colère ou de l’incompréhension ? M’attriste-t-elle ? Ou, au contraire, me procure-t-elle une certaine joie malgré sa cruauté manifeste ? Me donne-t-elle le courage d’affronter mes peurs, difficultés et contrariétés ?

– Ai-je le réel désir de laisser mourir mon ego pour renaître de nouveau et m’ouvrir davantage à autrui ? Quels obstacles pourraient empêcher en moi cette transformation du cœur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *