Pause méditation du Jeudi Saint


Imaginons cette scène : peu de temps avant la fête de la Pâque, nous sommes réunis avec Jésus et ses disciples et nous partageons un repas. Et voilà que le Christ se lève de table, verse de l’eau dans un bassin et se met à nettoyer les pieds de ses amis. Comment réagirions-nous face à une telle initiative ? Serions-nous choqués comme Simon Pierre ? Ou nous laisserions-nous faire en toute simplicité en accueillant ce geste comme une marque d’Amour infini ? En lavant les pieds de ses disciples, Jésus a souhaité nous signifier deux choses. La première est la suivante : nous ne pourrons prendre part au salut et à la vie éternelle que si nous acceptons d’être purifiés. Cette purification passe par une nécessaire conversion de l’âme et du cœur. Pour ce faire, nous devons nous laisser aimer par Dieu, lui donner notre vie et le laisser la modeler telle qu’Il la désire. Cette transformation nécessite que nous nous fassions serviteurs les uns des autres en accomplissant des « petits riens » (sourire à un inconnu, écouter les confidences d’un voisin, laisser sa place assise à une personne âgée…) mais également de « grandes choses » (prendre soin d’un parent malade ou dépendant, s’investir bénévolement dans une association, offrir un repas à une personne en détresse…). S’abaisser. Se faire petit et humble. Servir autrui par Amour tel que le Christ l’a fait en lavant les pieds de ses disciples et en se laissant mourir sur la croix. Voilà le second enseignement de Jésus et l’exemple que nous devons suivre. C’est un exemple exigeant, soit ! Mais se mettre au service des autres engendre et nourrit un amour si grand – autour et en nous – que le jeu en vaut sans aucun doute la chandelle. Alors, n’hésitons plus ! Laissons le Seigneur nous transformer en un être plus aimant ! Nous connaîtrons alors le Royaume de Dieu, ici et aux Cieux.

À présent, retirons nous du tumulte du monde et méditons en silence :

  • Si Jésus demandait à me laver les pieds, comment réagirais-je ? Serais-je gêné(e) ou déconcerté(e) ? Si oui, pourquoi ? Accepterais-je cette marque d’Amour ?

  • Quels « sacrifices » suis-je prêt(e) à faire pour servir davantage mes frères et sœurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *