Pause spirituelle des Rameaux


  • Texte de Charles Singer

Il y eut trop de consciences éclairées,
il y eut trop de privilèges dérangés,
il y eut trop de paroles mal reçues,
il y eut trop de mauvaise foi :
derrière cette porte
aux linteaux élevés, tout va se jouer,
il le sait.
Peut-être a-t-il peur,
Il fait le pas.
Il entre.

C’est ici qu’on l’attend.
C’est maintenant
qu’on va vérifier le pardon donné
jusqu’au multiple de soixante-dix-sept,
la vie donnée comme unique signe d’amour,
le corps et le sang donnés jusqu’à la déchirure,
l’Esprit donné comme un souffle de vie !

L’heure est venue.
C’est maintenant
que sa vérité sera mise au grand jour.
Il le sait ;
Il fait le pas.
Il entre.

La semaine commence.

Charles Singer

 

  • Méditation

Au cours de son ministère, Jésus a guéri des malades, relevé des hommes et des femmes qui avaient été rejetés, humiliés et oubliés par leurs pairs. Le Christ portait toujours son regard d’amour sur les plus fragiles et les plus petits, leur redonnant toute place et toute dignité auxquelles chacun a le droit. Des foules entières l’écoutaient enseigner la Parole de Dieu. Ses propos ont bouleversé certaines personnes dans leur conviction ou dans leur choix de vie. Grâce au Christ, nombreux sont ceux qui se sont convertis et qui ont décidé de le suivre sur ce chemin de Lumière qui mène au Père. D’autres, au contraire, l’ont jalousé. Comment cet homme, un simple fils de charpentier, pouvait-il accomplir de tels miracles ? Au nom de qui ? Pour les grands prêtres, les scribes et les anciens, ce Jésus de Nazareth ne pouvait être qu’un imposteur ! Et pourtant, s’ils avaient su le don de Dieu…

En ce dimanche des Rameaux, nous célébrons l’entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem. Accompagné de ses disciples, le Christ vient y célébrer la fête de la Pâque juive. Pour pénétrer dans la ville sainte, il fait le choix de monter sur un ânon. Non pas sur un grand et bel étalon mais sur un jeune âne ! Lui, le Fils de Dieu, une fois encore, se fait tout petit, rempli de simplicité et d’humilité. A son entrée dans la ville, Jésus est acclamé et certains crient : « Hosanna ! », ce qui signifie en hébreu « De grâce, donne le salut ! ». Cette foule joyeuse voit dans le Christ le prophète qui vient les sauver. Nous, chrétiens, croyons que Jésus est le Sauveur, celui qui peut nous consoler, nous relever, nous pardonner, nous guider vers une vie d’amour. Il nous invite à participer à une vie nouvelle : la vie éternelle, sur terre comme aux cieux. Ce salut est le fruit d’une longue et douloureuse Passion. En entrant dans Jérusalem, Jésus sait parfaitement que la gloire ne sera qu’éphémère et qu’il devra donner sa vie pour nous sauver. Malgré tout, « il entre ».

A présent, retirons nous du monde et essayons de faire silence. Chacun peut ensuite méditer dans son coeur :

  • Si j’avais vécu à l’époque de Jésus, comment aurais-je réagi lors de son entrée dans Jérusalem ? L’aurais-je acclamé ? L’aurais-je ignoré ? Aurais-je cru qu’il puisse me sauver ?

  • Et aujourd’hui, dans ma vie de tous les jours, quand tout se passe bien, est-ce que je prends le temps de rendre grâce au Seigneur pour tous les dons qu’Il m’offre ? Ou oublies-je de le faire ?

  • Dans les moments difficiles, gardes-je confiance en Jésus ? Ai-je toujours conscience qu’il est là, tout près de moi, en moi et ce, même s’il se fait trop silencieux certains jours ?

  • Aussi, quel(s) sacrifice(s) serais-je capable d’accomplir par amour ? Serais-je prêt(e) à donner dix minutes de mon temps pour aider ou écouter untel ? Serais-je capable de mettre de côté ma fierté et de donner mon pardon à telle personne ?

 

  • Résolutions

– Participer à l’une des messes de la semaine Sainte et/ou à la veillée Pascale.

– Méditer devant le Christ en croix et lui rendre grâce pour le salut et la vie éternelle qu’il nous invite à vivre dès aujourd’hui.

– Recevoir le sacrement de Réconciliation.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *